À PROPOS

photographie, argentique, strasbourg

Née en 1978 à Strasbourg où je vis et travaille aujourd’hui, la photographie est devenue une passion et c’est en autodidacte que j’ai commencé avant de me former au sein d’une association L’Atelier Sans Titre. Des cours du soir à l’ENSP m’ont permis d’apprendre ; de nombreux stages d’expérimenter notamment lors des Rencontres d’Arles où je me suis installée quelque temps, attirée par la lumière du sud, puis c’est à Uzès avec l’équipe de Noir d’Ivoire que j’ai parfait mon apprentissage argentique en noir et blanc. Paraphrasant Marcel Duchamp qui affirme qu’un tableau n’existe que parce qu’il y a des regardeurs, des regards ont pu se poser sur mon travail à quelques occasions : En 2014 , une exposition à la galerie Comptoirs Arlésiens avec la série Au Revoir, puis en 2015 avec la série Napoléon Beach et une série d’une vingtaine de photos sur la Camargue en 2016, toutes trois dans la même galerie. En 2019, une exposition de douze photos sur le thème de l’intempérance dans la cadre de Strasbourg Art Photography, suivie en 2020 dans le même cadre d’une exposition de 9 photos sur le thème de la fracture. En 2021, une exposition aux Citadines sur le thème de la nature et de ses variants dans le cadre du panorama de la jeune photographie contemporaine. Début 2022, une série a été publiée sur le site internet de Corridor Eléphant sur le questionnement suivant : le portable, en tant qu’objet photographique, peut-il se rapprocher de l’argentique. Mon rapport à la photo est d’abord intuitif, basé sur un contenu mémoriel et émotionnel, puis l’intention se développe au fur et à mesure que la série se révèle, comme une image révélée. C’est là sans doute la raison de mon choix de travailler en argentique… travailler l’image comme de la matière.

Success! Message received.